AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Clara Von Oberbayern

Messages : 33
Réputation : 2330
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Sam 21 Sep - 2:25
Clara jeta un coup d'œil inquiet par la fenêtre de la voiture. Le cocher manœuvrait habilement le cheval au travers de la foule dense du port. Ici, on parlait toutes les langues. Des éclats de voix espagnols se heurtaient aux tonalités plus brusques de l'Anglais et de l'Allemand. Des marins italiens passant près de la voiture transportaient d'énormes barils en échangeant vivement dans leur langue mélodieuse. L'un d'eux vit Clara et lui adressa un clin d'œil. Surprise, la duchesse rabattit vivement la tenture de velours qui obscurcissait la fenêtre pour ne fixer que ses mains posées sur sa jupe.

Clara venait à peine de descendre du bateau qui l'avait amené du Saint-Empire jusqu'à Londres. Elle était épuisée et ne souhaitait maintenant plus qu'une chose, dormir dans un lit qui ne tague pas. N'ayant jamais pris le bateau de sa vie, elle n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait être le mal de mer ni qu'elle pourrait en souffrir. À peine avait-elle posé les pieds sur le pont du navire que son estomac commença à protester. En jeune fille bien élevée, elle n'avait rien dit au capitaine qui lui faisait visiter son navire avec le même orgueil qu'un roi devant son palais. Le capitaine l'avait invité à rester à ses côtés au moment du départ. Elle accepta, pensant que son mal passerait aussi vite qu'il était apparu, mais dès qu'ils quittèrent les eaux protégées du port pour s'élancer en haute mer, Clara vomit sur les bottes du capitaine.

Elle fut très malade pendant 3 jours, incapable d'avaler quoique ce soit sans que ça ne ressorte aussitôt. Ensuite, Clara fut simplement malade. Elle dut supporter ses nausées pendant tout le voyage. Chaque soir, elle était invitée à la table du capitaine, mais laissait plus de la moitié de son repas dans son assiette. Elle s'excusait chaque fois, mais le capitaine la rassura; ce n'était pas la première fois qu'il voyait ça. Certaines personnes n'avaient tout simplement pas le pied marin.

La vie sur le bateau était très différente de ce à quoi elle était habituée. Chaque membre d'équipage avait son rôle à jouer et, parmi eux, Clara faisait office de poids mort. Les jours où la mer était plus calme, la jeune femme osait parfois s'aventurer sur le pont. On y travaillait dur et Clara était souvent dans les jambes sans le vouloir. On lui désigna un petit coin où elle pouvait rester et observer les opérations en prenant soin de ne pas déranger les matelots. Ces hommes étaient des brutes, bâties comme des barils, mais agiles comme des singes capables de grimper aux cordages en un éclair. Ils avaient un langage fort coloré qui fit rosir les oreilles de la duchesse. Elle nota un certain effort de leur part dans les premiers jours du trajet, mais rapidement, les vieilles habitudes reprirent leur droit. Ils faisaient preuve de respect envers Clara, mais le capitaine lui conseilla de ne pas sortir de sa chambre la nuit tombée et elle comprit rapidement pourquoi.

Il y avait quatre femmes sur le bateau Clara, sa servante ainsi que deux autres dames au comportement plus que douteux selon la duchesse. Quand le soir tombait, les membres d'équipage avaient droit à leur ration d'alcool. Cette ration était tout ce qu'il y a de plus relative, car plusieurs étaient totalement enivrés avant que l'horizon ne soit totalement obscurci. Tout le monde sait à quel point un marin doit boire pour être complètement ivre! Un soir, voulant échapper à l’air vicié de sa chambre, Clara sortit pour aller sur le pont. Elle n’avait fait que quelques pas qu’elle tomba sur un des matelots, le cul à l’air, en train de s’amuser joyeusement avec l’une des femmes qui poussaient des cris de plaisir à réveiller les morts. La Duchesse resta figée un instant avant de rapidement battre en retraite vers sa chambre. Derrière la porte verrouillée, elle entendit des hommes discuter. Certains la suppliaient de sortir, qu’ils n’avaient pas l’intention de lui faire de mal, seulement de s’amuser un peu. On disait qu’elle serait probablement bien plus fraîche que les deux catins embarquées par le capitaine. Autant dire que Clara ne ferma pas l’œil cette nuit-là ni sa suivante. Elle ne pouvait s’enlever de la tête l’image du couple en plein ébat… C’était dégoûtant et ça la confortait plus encore dans son idée que les hommes sont des pervers.

Heureusement, le reste du voyage se déroula sans autre incident notable. Clara préféra taire ce qu’elle avait vu pour se concentrer sur son arrivée prochaine à Londres. Difficile de cacher son soulagement quand le port fut enfin en vue. C’était très différent de sa contrée d’origine et malgré ce qu’on lui avait raconté, elle n’avait pas imaginé les choses ainsi. C’était à la fois magnifique et dégoûtant. Clara était habituée aux grands espaces, mais voilà qu’ici, les gens vivaient entassés les uns sur les autres. Des hommes au visage crasseux et vêtu de haillons côtoyaient des gentilshommes étalant ouvertement leurs richesses. L’odeur aussi était épouvantable, un mélange de poissons pourris et d’excrément. Cette ville était vraiment devenue le centre du monde? Les affres de la politique échappent totalement à Clara, mais elle avait du mal à croire qu’un lieu aussi nauséabond soit le théâtre des plus grands enjeux de la politique de ce siècle. Toutefois, elle révisa rapidement son avis alors que la voiture s’éloignait du port pour s’enfoncer dans le dédale des rues londoniennes. Jamais elle n’avait vu une architecture aussi somptueuse. Certains édifices semblaient venir d’une autre époque, alors que d’autres arboraient fièrement les styles actuels. On lui avait dit que l’histoire de la ville remontait à très loin dans le passé, à l’époque où les Grecs et les Romains foulaient cette terre, mais elle ne s’attendait pas à voir des traces de leur passage encore aujourd’hui.

Le palais fut enfin en vu. Clara savait que son voyage s’achevait enfin, mais qu’un autre allait commencer. On déchargea ses bagages et on entassa le tout au milieu du grand hall avant de l’abandonner à son sort. La duchesse se tenait là, debout, attendant que quelque chose se passe, mais le Hall restait désespérément vide. Elle se perdit dans la contemplation des décorations avant de dire.

— Il me semble qu’on ait averti de ma venue. Souffla la Duchesse à l’intention de sa servante.

La servante en question s’assurait que rien n’avait été abimé pendant le transport.

— Ils sont peut-être occupés. Il y a tant à faire dans un palais aussi vaste.

Clara acquiesça doucement. Quelqu’un finira peut-être par apparaître…
avatar
Juan Perez

Messages : 14
Réputation : 1625
Date d'inscription : 17/09/2013
Age : 25

Qui suis-je ?
Rang: Baron/Baronne
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Mer 25 Sep - 13:41
Assis au pied du mât du bateau, le colosse de Barcelone observait calmement les marins s'agiter en vue de l'arrivée dans le port de Londres. Le voyage avait été bien trop long pour un homme de la terre comme lui et remettre les pieds sur un sol stable le réjouissait d'avance. Non, Juan n'avait pas rendu ses repas, il avait trop d'orgueil pour se laisser aller, malgré les protestations de son estomac lors des premiers jours de mer. En revanche, sa journée s'illuminait d'heure en heure, le reste de la délégation était elle aussi sur le pont, grelottante, jusqu'à ce qu'un éclat de voix éclate :

« Dans quel pays sommes-nous donc tombés ! On ne peut pas survivre par cette température ! »

Bien que la question ne lui était pas adressée, le Baron ne se gêna pas pour répondre :

« Mon cher ami, cette période est loin d'être la pire ici. On dit que l'air peut devenir si froid dans le nord de ce pays que même vos oreilles et vos doigts peuvent geler et se briser. »


Mission accomplie, tous ses frères méditerranéens le regardaient avec des yeux ronds comme des billes, moitié surpris, moitié choqués.

« Le Roi veut se débarrasser de nous ? »

« Non, le Roi a besoin de nous là-bas. C'est pour ça que nous allons y aller et y rester. De plus, je vous avais averti et conseillé de prendre des vêtements chauds, qui l'a fait ? »

Un grand silence plana sur le pont, uniquement brisé de temps à autre par l'activité des marins du bâtiment dont Juan avait oublié le nom.

« C'est bien ce que je pensais... »

Bien que certains étaient plus gradés que lui ou plus haut dans la noblesse, personne n'osait tenir tête au géant sans une bonne escorte, malgré son insolence, appelez ça l'instinct de survie. La montagne se releva lentement, puis s'éclipsa pour récupérer ses biens dans sa cabine. Il recouvrit son armure d'une large cape, accrocha son fourreau de dos par-dessus, y glissa sa lame et finalement, chargea la large malle qui contenait ses affaires sur une épaule. Fin prêt, il retrouva les autres sur le ponton, constatant que tous avaient eu la même idée, bien qu'il était le seul noble qui portait lui-même ses affaires. Le navire mit bien une heure de plus à s'amarrer à un ponton, laissant le soin à tous de s'extasier devant les premiers bâtiments de la capitale. Certes, l'architecture était différente et originale mais pour Juan, elle était loin derrière celle de son pays : tout semblait froid et mort ici, peut-être le manque de soleil...

Lorsque les manœuvres furent terminées, le géant ne se gêna pas pour descendre en premier, la terre lui manquant bien trop. Le temps que les autres déchargent leurs affaires, il s'éloigna un peu du groupe, trouvant un coin plus calme. Juan laissa sa malle sur le sol, posa un genou à terre et ferma les yeux, se mettant à murmurer :

« Seigneur, merci d'avoir veillé sur nous pendant notre voyage et de nous avoir épargné les intempéries. Si ma lame peut servir votre splendeur en ces terres, guidez-moi d'un signe, j'exécuterais vos volontés. Je vous en supplie, veillez sur ma famille et sur le Roi pendant mon absence... Amen. »

Le Baron signa avec soin, puis se redressa, rouvrant finalement les yeux pour constater que tous étaient prêts à partir. Il se hâta de les rejoindre après avoir repris sa malle sur une épaule et ils furent interceptés par un valet qui se proposa de les conduire jusqu'au palais et à l'aile des invités. Le marquis responsable de l'expédition accepta et toute la troupe se mit en marche. Juan ne put s'empêcher de s'extasier intérieurement alors que les nobliaux salissaient leurs belles chaussures hors de prix, lui se contentant de bottes en cuir épais, parfaitement imperméables et capables de survivre à toutes les affres de longues marches militaires. Il nota d'ailleurs mentalement que, le valet devait le prendre pour un simple garde et non pour un Baron, vu le peu de déférence qu'il lui témoignait, un bon point à retenir : s'il ne précisait pas qu'il était noble, personne ne le penserait, quoi de mieux pour tirer quelques informations à droite ou à gauche ?

Le géant resta dans ses pensées suffisamment longtemps pour reprendre ses esprits alors qu'ils entraient dans un grand hall. Quand une vingtaine de personnes entrent dans une pièce grande et vide, les voix résonnent facilement, les Espagnols furent sûrement audibles dans une bonne partie du château. Alors que tous commentaient les décorations et l'ameublement choisi par le Roi ou ses conseillers, Juan remarqua une jeune demoiselle et ce qui semblait être sa servante, perdues avec leurs valises. Sa main épaisse se posa sur l'épaule du valet et il les indiqua d'un signe de tête. Après un regard entendu, les deux s'y dirigèrent : le Baron n'était pas chez lui mais une noble qui attend au milieu d'un hall, entourée de valises, sans personne pour l'accueillir... C'est toujours mauvais pour l'image de l'hôte. Le reste de la troupe espagnole resta dans son coin, bien trop absorbée par les discussions enjouées de personnes retrouvant la terre et constatant que dans le château, la température était acceptable !

_________________
"Who Dares, Wins"

Lien vers ma fiche !
avatar
Clara Von Oberbayern

Messages : 33
Réputation : 2330
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Jeu 26 Sep - 22:19
Clara était debout au milieu du grand hall, regardant autour d'elle dans l'attente que quelque chose se passe. La Duchesse avait imaginé plusieurs scénarios dans sa tête, mais aucun comme celui-ci. La bienséance voulait que quelqu'un soit là pour l'accueillir. En même temps, les voyages par la mer sont tellement incertains qu'il est difficile de prévoir une date précise d'arrivée. Clara était peut-être attendue plus tard et elle ne le savait pas. En fait, elle avait perdu toute notion du temps pendant le voyage en mer. Elle n'avait pas la moindre idée de quel jour ils étaient. La seule chose qu'elle pouvait dire avec certitude c'est qu'ils étaient aux environs de midi, car le soleil brillait bien haut dans le ciel et qu’elle avait faim.

— Je ne vais quand même pas rester ici éternellement. Souffla la Duchesse quelque peu embêtée. Je veux aller dormir, je suis tellement fatiguée.

Malgré son épuisement, elle savait bien qu'elle ne risquait pas de dormir correctement. Si elle n'était pas dans son lit, elle avait besoin d'un temps d'adaptation avant de pouvoir profiter d’une nuit de sommeil normal. Si on ajoute à cela le stress d'être aussi loin de la maison, la pauvre en aura surement pour un moment avant de bien s’adapter.

— Quelqu'un remarquera bien notre arrivée. Déclara la servante qui avait terminé son inspection. Je veux bien croire qu'ils sont occupés, mais ils savent bien qu'une Duchesse devait arriver, non?

Il n'y avait pas non plus signe de vie de l'ami de son père. Ce dernier lui avait assuré qu'elle serait accueillie par un vieil ami à lui vivant à la cour. Elle n'avait jamais entendu parler de lui avant qu'on décide de l'envoyer à Londres. Clara se demandait si cet ami existait réellement ou non.

C'est à ce moment que des éclats de voix attirèrent l'attention des deux jeunes femmes qui se retournèrent d'un même mouvement vers les immenses portes de l'entrée. Une vingtaine d'hommes, tous Espagnols selon la façon dont ils s'exprimaient venaient d'entrer. Clara sentit la panique l'envahir. Elle ne parlait pas un mot d'espagnol, sauf peut-être de simples salutations. Après tout, elle avait déjà croisé des personnes venant de cette région du monde. Du groupe se détachèrent deux personnes. Le premier, par son habillement, Clara devina sans peine qu'il s'agissait d'un valet. Enfin, quelqu'un pourra lui indiquer ce qu'elle devait faire pour rejoindre ses appartements. Derrière lui se tenait un véritable géant. Clara n'exagérait pas, jamais elle n'avait vu un homme d'une telle carrure. La duchesse n'est pas bien grande, alors il n'est pas difficile de la dépasser en taille. Cependant, cet homme devait dépasser d’au moins une tête tous les hommes qu'elle connaissait. La jeune fille le fixait, surprise par cette apparition peu commune. Sa servante était aussi impressionnée par cette vision et décida de battre en retraite derrière sa maîtresse. Elle devait donc affronter seule ce géant espagnol vêtu de son armure. D'ailleurs, était-il un noble ou un simple soldat? Normalement, seuls les nobles peuvent porter leurs armes en dehors des combats, mais cet homme avait aussi son armure. Craignait-il à ce point pour sa vie qu'il se sentait obligé, pour sa sécurité, de toujours avoir sur lui sa tenue de combat? Compte tenu de sa taille, le fait qu'il soit habillé ainsi le rendait plus impressionnant encore aux yeux de la duchesse.

Quand ils eurent rejoint la duchesse. Cette dernière resta interdite un instant avant de finalement les gratifier d'une révérence. Elle n'avait pas pensé que sa servante se trouvait juste derrière elle. En fait, Hannah était si près d'elle qu'elle l'accrocha en faisant sa révérence. Surprise de rencontrer un obstacle, elle se redressa aussitôt et fit un pas vers l'avant. Malheureusement pour la Duchesse, une de ses malles se trouvait à ses pieds. Elle trébucha et tomba, tête première, en direction du grand Espagnol. Le tout se passa en quelques secondes à peine. Même Clara ne comprit pas exactement ce qui venait de se passer. Dans sa chute, elle s'accrocha à la première chose qu'elle rencontra et ce fut, bien évidemment, le grand Espagnol. La jeune fille se retrouva, cramponnée, à la taille d'un parfait inconnu qui ne parlait probablement pas sa langue. Derrière, sa servante la fixait avec horreur, ne sachant pas trop si elle devait rire, car la situation était très comique, ou crier au meurtre. Clara, a-t-on vraiment besoin d'en parler? Elle était mortifiée, rien de moins. Elle resta immobile, pendant un instant, avant de lentement relever les yeux vers l'inconnu. Pendant un très bref moment, ses yeux d'ambre croisèrent ceux de l'espagnol. Elle ouvrit la bouche, cherchant à dire quelque chose, mais aucun mot n'en sortit à l'exception d'un son étranglé. La duchesse se redressa précipitamment, mais en voulant prendre une distance respectable avec le géant, elle trébucha à nouveau sur la même malle, mais cette fois, elle tomba assise dessus. La jeune fille était déjà rouge de honte, là elle était sur le point de tourner au violet. En l'espace de quelques secondes, Clara venait de ruiner toute sa crédibilité devant le Royaume d'Espagne, et ce, à tout jamais.

— Maitresse? Osa sa servante derrière elle. Vous allez bien ?

— Non… Répondit la jeune femme d'une voix fantomatique.

Là, elle n'avait qu'une envie, disparaître dans une des fentes du plancher pour se soustraire aux regards braqués sur elle. Clara n’osait même plus les regarder, fixant obstinément le sol. Il n’y a qu’à elle que ce genre d’histoire arrive.
avatar
Juan Perez

Messages : 14
Réputation : 1625
Date d'inscription : 17/09/2013
Age : 25

Qui suis-je ?
Rang: Baron/Baronne
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Jeu 26 Sep - 23:04
Marchant de son pas calme et assuré habituel, Juan, accompagné du valet, arrivait à proximité des deux femmes. Ces dernières les avaient remarqués, ce qui était assez logique, vu le bruit que faisait la délégation... Immédiatement, il nota que la noble le dévisageait et il ne se gêna pas pour en faire de même. La Baron se savait impressionnant, imposant et plus il s'approchait de la jeune femme, plus il remarquait qu'elle était plutôt son opposée, petit, fine et sûrement très légère. Il s'imagina quelques instants à la place de la demoiselle qui devait avoir l'impression de regarder une montagne vivante s'approcher d'elle et ne put s'empêcher de sourire. Oui, il aimait donner cette impression aux autres nobles que malgré leur haute naissance, malgré leur rang, la nature les avait faits inférieur à lui par la force et qu'il pouvait les écraser comme des insectes... Lorsqu'ils les eurent finalement rejoint, Juan croisa les bras pour laisser le valet parler. Non seulement, il ne savait pas dans quelle langue il devait s'exprimer et surtout, s'il connaissait celle de la noble. Après tout, il n'était pas chez lui, accueillir les invités aurait pu être mal vu.

Le valet s'inclina, la duchesse fit de même. Ne sachant à qui il avait à faire, Juan courba légèrement le buste, dans le doute, il fallait mieux faire preuve de savoir-vivre, surtout si la noble attendait ici depuis longtemps, qu'elle risquait d'être de mauvais poil... C'est alors que tout s’enchaîna très vite. Il s'apprêtait à se redresser quand la jeune femme s'écrasa littéralement sur lui, l'enlaçant pour ne pas tomber au sol. Le Baron resta interdit et impassible, ne sachant pas trop comment réagir... Était-ce une coutume d'un pays lointain ? Après tout, la cour d'Angleterre devait accueillir des gens venant de tous les territoires connus... Toujours légèrement courbé, il la surplombait complètement et quand elle leva la tête, leurs yeux ne purent que se croiser. Juan étudia le regard d'ambre de l'étrangère, nullement gêné mais perplexe, que devait-il faire ? À peine arrivé, il voulait à tout prix éviter de créer un esclandre ou un incident diplomatique... Le petit cri qu'elle laissa échappa prit le géant de court, merde, il avait dû faire une erreur quelque part !

Cette dernière se retira d'un coup, peut-être outrée, et se prit les pieds dans ses affaires pour tomber sur le cul, honteuse. La servante l'interpella dans une langue qui était inconnue au Baron et quand la jeune noble répondit, il ne devina pas plus d'où venaient les deux femmes. Prenant son courage à deux mains et laissant son instinct le guider, il s'approcha de l'étrangère, l'attrapa doucement par la taille et la décolla du sol avant de presser avec douceur sa tête son ventre, imitant le salut qu'elle venait d'exécuter. Prudemment, il la reposa sur le sol, loin des malles pour éviter qu'elle ne retombe de nouveau et attendit une réaction, un air perplexe figé sur le visage, espérant qu'il avait bien respecté l'étrange procédure.

_________________
"Who Dares, Wins"

Lien vers ma fiche !
avatar
Clara Von Oberbayern

Messages : 33
Réputation : 2330
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Mer 2 Oct - 0:26
Clara voulait disparaître... C'est bien dans sa nature d'être maladroite, mais à ce point, ça ne lui était jamais arrivé. Enfin, ça ne lui était jamais arrivé devant autant d'inconnus. On allait sans doute se moquer d'elle pendant des semaines, voir des mois. Pourtant, il fallait la comprendre. La duchesse venait d'arriver d'un long voyage particulièrement éprouvant. Elle était fatiguée et affamée. Il est normal qu'elle soit plus encline aux petites maladresses dans de telles conditions. Elle souhaitait de tout cœur que le géant espagnol ne lui en tienne pas rigueur. Malheureusement, il semblait aussi égaré que pouvait l'être Clara et n'avait rien d'un chevalier servant prêt à dédramatiser la situation et à sauver l'honneur de la jeune femme. Désespérée, la duchesse s'attendait maintenant à un énorme éclat de rire de la part de l'inconnu. Grand comme il est, on l'entendrait surement à travers le palais.

Bref, jamais il ne lui vint à l'esprit que les choses se passeraient de cette façon…

L'espagnol, au lieu de l'aider à se relever, la souleva littéralement du sol en la tenant par la taille. Ne sachant comment réagir, Clara se raidit, le regard horrifié. Derrière elle, sa servante observait la scène tout aussi choquée que sa maîtresse. Le tout ne dura qu'un bref instant. De nouveau sur le sol, la duchesse resta interdite pendant un moment, le temps que l'information se rende à son cerveau et soit analysée correctement. Toutefois, Hannah fut plus rapide qu'elle et vint s'interposer directement entre Clara et l'Espagnol.

— Comment osez-vous? Vous vous adressez à une duchesse du Saint-Empire! Quel affront! Criminel! Inclinez-vous devant elle, immédiatement!


Hannah ne parlait pratiquement pas anglais. Elle venait donc de mitrailler l'Espagnol avec un discours en Allemand. Le regard de Clara allait d'Hannah à l'étranger qui venait de la soulever avec une facilité déconcertante. S'il se fâchait, il n'aurait aucun mal à les écraser. Ne voulant pas voir la situation dégénérer plus encore, la jeune fille posa la main sur l'épaule de sa servante pour l'arrêter.

— Ça suffit, il ne comprend rien. Souffla Clara d'une voix tremblante.

La duchesse était blanche comme neige et avait les jambes si molles qu'elle se demandait comment elle faisait pour tenir encore debout. Elle leva les yeux vers le guerrier. Il devait assurément parler l'anglais. Pourquoi venir ici s'il n'en parlait pas un mot? Toutefois, le français est la langue parlée à toutes les cours de l'Europe et celle qui se rapprochait le plus de l'espagnol. Rassemblant ses idées, elle s'adressa d'un ton doux et poli au géant.

— Je… Je crois qu'il y a eu un malentendu. Dit-elle dans un français impeccable, mais teinté d'un accent allemand prononcé. Je suis Clara Von Oberbayern, fille d’Hendrike von Oberbayern duc de Haute Bavière. Je viens d'arriver depuis le Saint-Empire. Le voyage a été long et éprouvant, me rendant plus maladroite que je ne le suis habituellement. En tombant, il se trouve que je me suis accroché à la première chose qui était à ma portée, vous. Je crains m'être ridiculisé devant vous et vos compagnons.

Elle baissa la tête, honteuse. Hannah n'avait rien compris aux paroles de Clara, mais se doutait qu'elle venait de clarifier la situation. Elle baissa également la tête avant de retourner se poster derrière sa maîtresse. Clara avait certainement fait une forte impression pour une première rencontre.

— Veuillez excuser mon comportement qui a peut-être été mal interprété.
avatar
Juan Perez

Messages : 14
Réputation : 1625
Date d'inscription : 17/09/2013
Age : 25

Qui suis-je ?
Rang: Baron/Baronne
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Mer 2 Oct - 1:10
Pour être honnête, Juan ne comprit pas grand-chose de la scène qui suivit son salut, à part qu'apparemment, il avait fait une grosse gourde. La servante se mit à l'incendier dans une langue qui commençait à lui rappeler quelques souvenirs mais, sous le coup d'une colère explosive, la femme était parfaitement incompréhensible. Eut-il parlé la même langue qu'elle, le Baron était sûr qu'il n'aurait pas compris le moindre mot de ce qu'elle hurlait. Si on ne lui avait inculqué un certain nombre de règles de bienséance, le colosse n'aurait pas eu de gêne personnelle à coller une gifle à la domestique pour la faire taire mais s'il venait de faire une erreur diplomatique, pas la peine d'en rajouter en assommant une servante. Peu habitué à se faire incendier de la sorte, il du faire appel à tout son self contrôle pour retenir ses poings. Heureusement, la noble sauva sa servante en la faisant taire, arrachant au géant espagnol un soupir de satisfaction. La jeune femme ne semblait pas dans son assiette, peut-être que sa chute l'avait sonnée plus qu'il ne le pensait.

Malgré l'accent de son interlocutrice, Juan n'eut aucun mal à comprendre son français, que lui-même maîtrisait parfaitement. Il écouta en silence, restant parfaitement interdit, la fixant sans broncher de son regard sombre. Lorsqu'elle eut terminé, il ne put retenir un large sourire et toussota pour retenir un rire. Il lui répondit dans un français teinté d'un léger accent :

« Vous n'avez pas à vous excuser, Dame Oberbayern, la faute est mienne de ne pas avoir reconnu la langue du Saint Empire mais je n'ai presque jamais eu le plaisir de l'entendre. J'ai cru que vous veniez de quelques contrées lointaines et que vous exécutiez un salut qui m'était inconnu, il est rare qu'une noble me saute dans les bras à la première rencontre. »

Cette fois-ci, il ne put retenir un éclat de rire, lourd, puissant et surtout, terriblement communicatif de sa bonne humeur. Pour certains, cette scène aurait été la fin du monde mais pour lui, ce n'était qu'une anecdote amusante garnie de maladresse et d'incompréhensions. Il se reprit rapidement, n'arrivant cependant pas à se séparer de son sourire amusé.

« Je vous présente toutes mes excuses pour avoir posé la main sur vous, j'arrive moi-même d'un long voyage et mon esprit n'est pas aussi vif qu'à l'accoutumée. Je suis le Baron Juan Perez, dit le Colosse de Barcelone, Lieutenant de l'Armée du Roi d'Espagne. Ravi de faire votre connaissance, Noble Dame. »

Il s'inclina ensuite poliment : une duchesse lui était bien supérieure hiérarchiquement mais il ne se jetterait pas à ses pieds pour autant, même s'il avait commit la pire des fautes. Jamais il ne courberait l'échine devant un membre de la noblesse planquée à moins d'y être forcé, jamais... Il reprit :

« Nous sommes venu à votre rencontre car vous sembliez attendre quelqu'un. Ce valet et moi-même voulions-nous assurer que ce n'était pas justement une personne apte à vous accueillir. Si tel est le cas, je me ferais un plaisir de porter vos affaires jusqu'à votre chambre, à condition que le serviteur à mes côtés sache où vous êtes censée loger. Mes amis peuvent attendre un peu dans cette pièce, on dirait qu'ils ont trouvé des tableaux encourageants de grands débats. »

En vérité, ils attendaient tous le retour du duo mais Juan se moquait bien de les faire poiroter un peu. Le plus haut membre de la délégation était un marquis alors que la noble était une duchesse et une femme, galanterie, quand tu nous tiens !

_________________
"Who Dares, Wins"

Lien vers ma fiche !
avatar
Clara Von Oberbayern

Messages : 33
Réputation : 2330
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Mar 8 Oct - 0:36
Le soulagement que ressentit Clara quand elle vit que le géant espagnol comprenait le français ne pouvait être qualifié par de simples mots. Elle soupira longuement, réalisant qu’elle avait retenu son souffle pendant les quelques secondes angoissantes qui séparaient le moment où elle cessa de parler et celui où il lui répondit enfin dans la langue de Molière. Maintenant qu’ils pouvaient échanger dans une langue qu’ils comprenaient tous les deux, ils pourront éclaircir ce drôle de malentendu qui s’était installé entre eux. D’ailleurs, elle rit timidement quand l’Espagnol lui avoua que pendant un instant, il avait cru qu’elle venait d’une contrée fort lointaine et qu’elle lui avait fait un salut commun à ce royaume inconnu.

— Non, c’était vraiment une maladresse de ma part, mais je ne doute point que dans les contrées les plus éloignées, certaines coutumes sont très différentes de celles auxquelles la bienséance nous a habitués. Dans le Saint-Empire, nous faisons une simple révérence. Il n’y a rien d’aussi… exotique.

C’était surprenant de voir et d’entendre surtout un homme aussi grand éclater de rire. Toutefois, son rire était si communicatif qu’elle pouffa de rire à nouveau. Une fois calmé, l’homme se présenta comme un baron, Lieutenant dans l’armée espagnole. Voilà qui expliquait son accoutrement. En tant que soldat, il affichait clairement ses couleurs. Nul ne serait assez fou pour tenir tête à un homme de cette stature. Clara n’arrivait toujours pas à croire qu’un homme aussi grand puisse exister même si elle l’avait pourtant sous les yeux.

— Je suis ravie de faire votre connaissance, monsieur le Baron.

Elle le gratifia d’une gracieuse révérence. Clara pouvait enfin le saluer comme il se devait. Ses joues avaient retrouvé un peu de couleur et elle avait maintenant un certain aplomb. Passé la honte de cette première rencontre fracassante, elle pouvait maintenant le regarder en face. Enfin, c’est relatif. Elle devait largement lever la tête pour le regarder dans les yeux. Peut-être que s’il se mettait à genoux…

— Je dois admettre que je suis confuse. Voilà quelques minutes que nous sommes arrivées ma servante et moi, mais personne n’est venu pour nous accueillir. Je me demande si notre bateau n’a pas un peu d’avance sur l’horaire qui était prévu. Le capitaine ne cessait de répéter que les vents étaient particulièrement bons, mais n’ayant rien d’une grande navigatrice, je ne saurai dire si le voyage a été exceptionnel ou non.

La duchesse soupira, pensive. Elle se retourna vers sa servante qui avait observé l’échange un peu en retrait. Hannah ne comprenait pas le français. On voyait bien sûr son visage qu’elle se demandait ce qu’avait bien pu dire sa maîtresse.

— Je vous remercie grandement pour votre aide. Je crois que nous avons tous besoin de nous reposer.


Clara se retourna à nouveau vers sa servante pour lui expliquer la situation. Pendant ce temps, Juan apercevra peut-être la petite croix en or gisant sur le sol. C’était un bijou d’une grande simplicité, attaché à une délicate chaine en or. Cette croix appartenait à Clara. Elle ne la quittait jamais, symbole de sa foi inébranlable envers Dieu. Si elle gisait sur le sol, c’est que la chaîne devait s’être cassée pendant sa chute quand elle s’est accrochée à Juan.
avatar
Juan Perez

Messages : 14
Réputation : 1625
Date d'inscription : 17/09/2013
Age : 25

Qui suis-je ?
Rang: Baron/Baronne
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Mar 8 Oct - 1:27
Un bon point pour la jeune allemande, elle semblait prendre avec humour la petite mésaventure et surtout, elle ne jouait pas de son grade supérieur. Deux détails qui la mettaient plutôt dans les bonnes grâces du géant, ce qui n'était jusqu'ici pas gagné, surtout avec une servante aussi... Communicative ? Juan n'arrivait pas encore à savoir si la jeune femme était naturellement ainsi ou si son imposante présence suffisait à la convaincre de ne pas faire de vagues, peut-être un peu des deux, au fond. Sans se départir de son sourire, il s'inclina à son tour et répondit :

« Ravi de faire votre connaissance, mademoiselle la duchesse. »

La gêne passée, ils pouvaient se comporter de façon plus correcte, ce qui permit enfin à son interlocutrice de confirmer ses soupçons, à savoir, qu'elle poirotait ici depuis quelque temps et que ce n'était pas normal. Il faut dire que les voyages en bateau sont assez imprévisibles et pour un peu que le voyage soit plus long ou plus court, l'accueil est parfois dur à prévoir.

Lorsqu'elle se détourna pour discuter avec sa servante, sûrement pour la rassurer et l'empêcher de crier de nouveau, Juan reporta son attention sur le valet qui l'accompagnait et lui demanda, de son anglais imprégné d'un fort accent espagnol qui lui faisait rouler les R, de se renseigner concernant le logement de la duchesse. Ce dernier, comprenant enfin la maladresse de son confrère censé accueillir l'allemande, disparut en quête de l'information capitale : où devait loger l'invitée du Saint Empire ? Au fond de lui, le géant pardonna un peu la servante pour son excès de zèle, le fait que sa maîtresse attente comme un invité lambda devait déjà la mettre de travers, la petite mésaventure avait été la goutte de trop.

Constatant que Clara n'avait pas terminé de s'entretenir avec sa suivante, il en profita pour détailler la jeune noble qui lui tournait le dos mais son regard fut bien vite attiré par un petit objet brillant. Posant un genou à terre et tendant le bras, il attrapa avec prudence la chaîne et souleva l'objet à la hauteur de ses yeux. Il esquissa un sourire en remarquant le symbolisme : lui-même portait une croix similaire autour du cou, bien que la sienne soit plus grande. Il ouvrit la paume de sa main libre et y déposa avec précaution le pendentif. Juan s'exprima de nouveau de son français légèrement hispanisé :

« Mademoiselle Oberbayern, je crois que ce collier est à vous. »

Il la gratifia d'un grand sourire, toujours à genoux, il faisait presque sa taille. De son autre main, il fouilla dans le col de son armure, trouva finalement sa chaîne du bout des doigts et extirpa sa propre croix pour  la montrer à la jeune femme. Celle-ci aussi était simple, bien qu'un peu plus usée et rayée que sa petite sœur. Très croyant et plutôt porté sur les signes, il ne put s'empêcher d'ajouter :

« J'ose croire que notre rencontre n'est pas due au hasard mais qu'elle est une volonté du Tout-Puissant. En arrivant ici, je l'ai imploré de m'envoyer un signe pour me guider, mes prières ont été entendus. »

A nouveau, il dévoila ses dents blanches, se fendant d'un sourire. D'un naturel plutôt confiant, Juan devenait inébranlable quand il pensait suivre la volonté du Seigneur. Qu'importent les obstacles, il devenait impossible à arrêter, cependant, un point important le poussait à réfléchir... Dieu avait organisé leur rencontre, c'était une certitude... Mais que devait-il faire ? La protéger ? Le contact de son immense épée dans son dos le rassura : oui, sa lame avait toujours été au service du Divin et elle continuerait à l'être jusqu'à sa mort.

_________________
"Who Dares, Wins"

Lien vers ma fiche !
avatar
Clara Von Oberbayern

Messages : 33
Réputation : 2330
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez] Sam 12 Oct - 17:01
Avec une mésaventure pareille, soit on la prend en riant, soit on s'effondre en pleurant. La première option semblait la plus logique étant donné qu'il n'y a pas eu mort d'homme. De plus, Juan n'avait certainement pas à s'inquiéter de voir la duchesse jouer avec son titre. Elle est la première à ne pas aimer qu'on la considère avant tout comme une duchesse et non pas comme une jeune femme parfaitement normale. Clara ne comprenait pas pourquoi certaines choses étaient interdites à cause de son titre de duchesse alors que ces mêmes choses pouvaient être permises pour des personnes de titres inférieurs au sien. Évidemment, le fait qu'elle soit une femme jouait beaucoup sur ces interdits, mais même en prenant en compte ce détail, beaucoup de choses apparaissaient comme absurdes à ses yeux.

Pour ce qui est de sa servante Hannah, elle était tout simplement fatiguée. Certaines personnes deviennent irritables quand elles manquent de sommeil. Eh bien, c'était son cas. Clara lui expliqua la situation ce qui sembla la calmer un peu. Elle fit même une courbette à l'intention de Juan en marmonnant des paroles d'excuse en anglais. Bon, cette histoire enfin réglée, on pouvait passer à la suite des choses, soit la prise de possession de la chambre que Clara occupera pendant son séjour en sol britannique.

Elle se demandait comment transporter tous ses bagages quand Juan l'interpela à nouveau en français. Clara se retourna pour regarder le géant. Ce dernier s'était agenouillé, mais même dans cette position, il était impressionnant. La duchesse pouvait au moins le regarder dans les yeux. Elle vit la petite croix et porta machinalement sa main à son cou, là où elle aurait du retrouver le collier. Il n'y était plus.

— Oh!

Clara réalisa qu'il s'agissait de sa croix. Pendant un moment, elle craignait l'avoir perdu à tout jamais. Elle prit le bijou et le porta à son cœur. Au même moment, Juan lui montrait sa propre croix. Elle était vieille et usée, mais ça faisait son charme. Tout comme son propriétaire, elle avait traversé vaillamment les épreuves sans jamais faillir.

— Je ne saurai trop vous remercier. Souffla Clara en souriant. Cette croix est très importante pour moi. Je l'ai reçue quand je suis entrée au couvent et n'a pas quitté depuis. J'aurais été dévastée en réalisant l'avoir perdu.

Clara examina la chaîne. Comme elle le craignait, elle s'était brisée.

— Elle est brisée. Je vais devoir trouver un joaillier qui acceptera de me la réparer ou de la remplacer.

La duchesse sourit tristement. Ça ne devrait pas être difficile de la réparer, mais ça lui brisait quand même le cœur. Elle n'avait pas souvenir de l'avoir déjà brisée avant ce jour. Pourtant, elle était entrée au couvent à l'âge de 6 ans et elle avait maintenant 18 ans.

— Les volontés de Dieu sont impénétrables. Si notre rencontre était voulue par lui, alors j'en suis heureuse, aussi rocambolesque soit-elle. La chaîne était peut-être déjà brisée quand je suis tombé sur vous… J'aurai pu la perdre n'importe où, mais elle s’est retrouvée à vos pieds… Je suis heureuse que nous partagions au moins une foi commune.

Elle s'inclina à nouveau, le cœur un peu plus léger, elle devait l’admettre. Clara savait que la foi du royaume n’allait pas dans le même sens que la sienne et que le roi avait renié le pape pour des raisons purement égoïstes. Savoir qu’il y avait au moins une personne dans son entourage partageant la même foi rendait la perspective de ce séjour beaucoup moins difficile. Il restait maintenant à trouver une chapelle convenable.

Au même moment, le valet revint accompagné d’un second serviteur. Ce dernier s’excusa de sa négligence et annonça que la duchesse n’était effectivement pas attendue avant le lendemain. Heureusement, ses appartements étaient déjà prêts. Il ne restait plus qu’à la conduire.

— C’est une excellente nouvelle. Souffla la jeune femme. Je pourrai enfin dormir dans un lit digne de ce nom et qui, surtout, ne tangue pas.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez]

Un voyage se termine, un autre commence... [Pv Juan Perez]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un chapitre se ferme et un autre s'ouvre. [solo]
» Voyage d'une montagne à l'autre
» C'est le début d'un voyage ou la fin d'un autre ? [Opaque]
» Les gens du voyage
» Un vent d'aventure (termine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
His Majesty :: Welcome to England :: Hamptom Court-