AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Juliette Chevalier
 

Messages : 129
Réputation : 2372
Date d'inscription : 05/09/2013
Age : 27
Localisation : déracinée

Qui suis-je ?
Rang: Marquis(e)
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah] Ven 25 Oct - 11:07
    Ce soir il se jouait cet opéra dramatique et romantique qui avait fait parler de lui dans les journaux. On avait pu y lire des critiques favorables et défavorables. D'autres lançaient carrément des insultes sur le fait que ces histoires n'étaient que foutaises pour enfants gâtés. Que les chanteurs n'étaient que de pâles personnes au coffre pauvre, sans voix et respiration. Alors que plusieurs différents journaux en disaient tout le contraire.
    Mais Juliette aimait se faire sa propre idée des opéras. Elle avait donc prit sur elle même pour aller chercher son glacial fiancé et lui proposer avec un doux sourire, certes faux, cette sortie à l'Opéra. Elle lui dit qu'elle demanderait à un de leur majordome d'aller acheter les billets à leurs noms. A peine la proposition faite qu'elle s'en était allée dans sa chambre pour terminer son brin de toilette, qui était la coiffure. Cette fois-ci elle demanda à Daphnée de lui tresser et chignoner ses cheveux châtains foncés. Pour la marquise française allait voir Jeremiah était une épreuve. Elle devait jouer la comédie de l'amour, même si elle savait que ce dernier ne la croyait qu'à moitié sur ses sentiments. Son ton était distant, hésitant, elle sentait son coeur se figer quand son regard imperturbable se posait sur sa personne. Elle perdait presque ses moyens mais ne le montrait pas.

    Ce fut ainsi qu'elle passa le reste de la journée à marcher dans le jardin aux teinte d'automne, se gorgeant l'odorat des agréables senteurs de feu de bois, de châtaignes que l'on y faisaient craquer. L'air frais et revigorant de cette époque au ciel triste et aux couleurs éclatantes de la nature. Tout ces dégradés de verts, de rouge et de roux, des jaunes vifs aux jaunes ternes et dépassés. Des bois sec aux branches humides, du bruit des feuilles lorsque l'on marche sur un petit tas. Leur craquement délicat, et leur envol poussiéreux. Oui, la marquise aimait ces instants simple où elle pouvait penser librement, être elle-même.
    Lorsqu'il fut l'heure, elle rentra, prenant garde à ne rien salir, salua brièvement ses beaux-parents et fila dans sa chambre afin de s'y préparer.

    La calèche était avancée. Dix neuf heure était affiché au cadran au dessus de la grande cheminée du grand salon. Dame Chevalier patientait, un châle épais posé sur ses épaules, elle avait une coiffe légère, et très française, raffiné et au tissus fins et soyeux. Sa robe bleu nuit contrasté légèrement avec le vert de ses yeux et sa peau de peu basané. A l'poque où l'on prônait la plus pâle des blancheur, Juliette, elle, affichait la réelle teinte de son épiderme doux. L'horloge sonna et elle se dirigea vers la calèche, resserrant son châle autour d'elle. Elle remercia d'un simple hochement de tête l'homme qui l'aida à monter et s'installa.
    Elle vit son fiancé la suivre de prés et regarda au travers de la fenêtre. En route pour l'Opéra. L'atmosphère était lourde et silencieuse. Elle ne savait comment entamer une discussion avec le grand homme à ses côtés, alors elle ne pipait mot.

_________________
avatar
Jeremiah K Brighthood

Messages : 6
Réputation : 1834
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Re: Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah] Ven 15 Nov - 10:56
Jeremiah se levait en ce matin d'automne, qui n'annonçait guère de nouveauté par rapport au jour l'ayant précédé; et n'augurant rien de fabuleux pour ce qui est du jour qui le suivait. La monotonie de la vie de châtelain n'était brisée qu'en de rares moments que le marquis analysait sans bruit, tachant de se faire rapidement une idée de ce qui se passait pour que son quotidien soit brusquement interrompu par une inconnue qu'il n'avait pu envisager; et ainsi pouvoir mieux anticiper la prochaine fois qu'une déconvenue pointe le bout de son nez. Tout est mathématique... Tout est rationnel...Sauf en ce qui concerne Juliette.

Cette marquise française avait déboulé dans sa vie il y a de cela 3 ans; tel un ouragan dévastateur de par sa force de caractère et sa jovialité apparente... Elle avait tout de suite attiré l’œil et l'attention du marquis anglais bien qu'elle soit si différente de lui. Elle transpirait l'assurance et la jovialité; alors que lui ne transmettait a ses convives que mal-être et une rigueur frigide.

La trublionne c'était invitée ce matin; dans son bureau. Comme à son habitude; elle faisait de gracieuses courbettes et était mielleuse de politesse; arborant des sourires de façade, auxquels le marquis c'était habitué depuis le temps wu'il la fréquentait; et préféra ne pas y répondre cette fois ci. LA demoiselle se murait de trop dans cette politesse distante qu'était celle de la cours. Elle ne cherchait pas à aller vers lui, alors que lui... En dépit de ses airs si... distants avec le monde la considérait comme une personne à part... IL la laissait accéder à des pensées qu'il ne pouvait confier qu'a elle... qu'a celle qu'il aimait du plus profond de son cœur... Il avait déjà tenté de lui faire comprendre à maintes reprises; mais elle semblait sourde à ses dires...

Il la darda de son regard diamant  alors qu'elle formulait sa demande et finit par hocher la tête en silence. Il serait prêt à 19h ce soir.

La journée se passa assez rapidement pour le Marquis. Occupé comme il l'était à gérr une partie des avoirs familiaux en Inde et gérer les plaintes et autres demandes des créanciers et clients. il jonglait entre les livres et les débats oratoires entre les délégués de X personne garantissant la bonne exécution de X ordre  sur Y commande et autres choses tout aussi joyeuses.

La soirée arriva enfin sur le domaine du marquis de glasgow. Il était 18h30 lorsque le marquis quitta son bureau pour aller se préparer pour accompagner Juliette à l'opéra.

Rapidement; il changea de tenue pour enfiler un pantalon de ville noir, fraichement lavé et repassé par les domestiques, accompagnée de sa queue de pie - noire aussi-  sous laquelle il avait enfilé une chemise d'un blanc nacré. IL enfila rapidement une cravate présentant la même absence de couleur que sa veste et son pantalon; mis un haut de forme sur son crâne , sans oublier l'accessoire de l'époque, sans lequel aucun noble ne sortait en ville... La canne. Bien sur Jeremiah n'avait aucun problème pour marcher; mais la canne était un accessoire indispensable pour prouver de sa bonne naissance... Et pouvait se révéler être utile en cas de mauvaise rencontre. La lame qui se cachait dans le bois du manche n'attendait que d'être mise au clair pour chanter.

IL retrouva la dame française dan le hall du domaine principal. Elle portait une tenue de soirée simple; mais la mettant en beauté. Sa robe mettait en avant ses yeux et ses formes délicieuses, et l'homme qu'était Jeremiah ne put s'empêcher de sourire en la voyant ainsi habillée.

Il pénétra dans la calèche après la demoiselle; tapant deux fois sur la porte pour signifier au chauffeur que le départ pouvait être amorcé.

AU bout de quelques minutes de silence lourd, Jeremiah se défit de son chapeau pour regarder, comme le faisait Juliette; le paysage qui les entouraient. Il resta ainsi quelques instants avant de se racler la gorge.


" En quoi cette pièce vous intéresse t'elle? "
avatar
Juliette Chevalier
 

Messages : 129
Réputation : 2372
Date d'inscription : 05/09/2013
Age : 27
Localisation : déracinée

Qui suis-je ?
Rang: Marquis(e)
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Re: Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah] Lun 30 Déc - 15:43

    La marquise avait perçu le sourire qu'avait fait Jeremiah, avant de monter en calèche. Installée là, elle y repensait, se disant qu'il pouvait en effet mouvoir ses muscles de son faciès et les faire s'étirer pour un sourire. Juliette ne le montrait pas, mais au fond d'elle, cette mimique inattendue l'avait surprise et quelque peu chamboulée.Voilà qu'elle remettait doucement en cause son comportement vis-à-vis du marquis. Peut-être devait elle faire des efforts de son côté au lieux de sans cesse le fuir et l’ignorer…

    La voiture tirée par les chevaux faisait un peu tressauter les passagers. La demoiselle malgré ses airs calmes, sûre d'elle, se cramponnait pour ne pas se cogner trop la tête. C'était bien le seul hic qu'il y avait dans ce genre de transport. Les calèches. Juliette regardait le paysage défiler sous le vert de ses yeux. Elle ne voyait pas grand chose, juste quelques lumières de feu dans les lampes. On aurait dit de petites lucioles parsemées sur le chemin. C'était à la fois joli et donnait une étrange sensation, comme celle que l'on lit dans certains qui vous font frémir de peur.

    La voix grave et froide de l'homme à ses côtés la fit sursauter. Plongée dans ses pensées, elle en avait oublié sa présence. Jeremiah, cet homme grand, avec du charme, mais un regard à vous glacer le sang. La jeune française savait bien qu'à la cours on disait de leur "couple" qu'il était comme l'hiver et l'été. Que tout les opposaient. Ils avaient sûrement raison. Mais on disait aussi d'eux, qu'à bien des égards, même s'ils n'étaient pas assortis sur le plan du caractère, les voir ensemble l'un à côté de l'autre, faisait ressortir leur beauté un peu plus encore.

    « _ Sûrement le fait qu’il y est des critiques mitigées sur cette pièces. Et l’histoire me semble intéressante. Je suis curieuse de la voir et de pouvoir me construire mon propre avis. »

    Elle laissa une petite pause avant de reprendre tout en tournant son visage vers celui de Jeremiah.

    « _ Et j’ai pensé que cela vous ferez plaisir de sortir un peu de votre bureau et vos affaires à régler. Un peu de bon temps ne se refuse pas Jeremiah. »

    Juliette esquissa un léger sourire à son attention, celui-ci était timide, mais vrai, pas un de ses sourires de façades. Oh ça non. D’ailleurs cela lui rappela une sortie au château du roi.

    C’était un soir de grand gala au château, demoiselle Chevalier venait de terminer une valse en la compagnie d’un lord anglais. Elle l’avait salué avant d rapidement chercher des yeux sa belle famille et son promis. En ne le voyant pas, elle avait décidé de se mêler un peu à la foule. De regarder les ladies et lords danser, elle avait même saluer le roi en une révérence des plus française. Juliette n’arrivait pas à faire celle des anglais, la sienne était bien trop encrée dans son éducation depuis son plus jeune âge. Puis elle s’était égarée vers les jardins. Elle en appréciait le calme et commença alors à s’y balader, d’une marche tranquille, légère, élégante. Par moment elle laissait ses doigts fins balayer les feuilles et les fleurs fermées. Dans ce calme rassurant Juliette se détendait, ça lui rappelait sa douce France. Au détour d’une allée elle avait entendu une discussion avec le prénom de Jeremiah. Discrète, la française se cala contre la haie et prêta l’oreille. Elle entendait ces deux « pintades » ricaner du fait que la jeune marquise à qui était promis Jeremiah soit encore vierge et idiote. Qu’il méritait mieux qu’une saleté de mangeuse de grenouille. Juliette continua d’écouter, un peu sous le choc des bavardages qu’elle entendait. La discussion passa sur Jeremiah, disant qu’il allait se lasser s’il ne sortait pas un peu. Si la « bêcheuse de française » le prenait encore pour un idiot. Juliette en avait eu assez et était sortie de sa cachette et fit comme si elle continuait sa promenade, saluant les deux pestes d’un sourire faux, comme ceux qu’elle faisaient à son promis. Puis elle passa son chemin, elle en avait trop entendu.

    Juliette à la fin de ce souvenir se rappela qu’elle fixait toujours le marquis de façon intense. Elle battit des cils et s’excusa de l’avoir ainsi regarder. Lui demandant de lui pardonner sa rêverie puérile. La marquise en rougit même légèrement, étant complètement confuse et mal à l’aise de son comportement. Tout en se reprenant, elle rapprocha sa main de celle de l’homme froid et la lui prit doucement. Juliette faisait des efforts pour ne pas paraître trop agressive, sur la défensive avec lui. Elle voulait que pour une fois, une soirée tout les deux se passe bien, sans prise de chignons, et joutes verbales.

    « _ Je tenais à vous remercier d’avoir accepté mon invitation à voir cette opérette. Cela me fait plaisir de ne point y aller seule. »


_________________
avatar
Jeremiah K Brighthood

Messages : 6
Réputation : 1834
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Re: Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah] Jeu 2 Jan - 8:26
Le marquis de Glasgow en devenir était donc monté en calèche avec sa promise, et le cocher fit gouter de son fouet aux chevaux avec un claquement sonore; avant que la calèche ne les emmènent à leur destination en ville. La française avait passé un moment à flâner, avant de reporter son regard émeraude sur lui. Elle lui répondit enfin que la pièce qu'elle voulait qu'ils aillent voir ensemble avait eu des critiques assez divergentes, et qu'elle voulait se faire son propre avis sur celle là. Cette réponse n'étonnait qu'a moitié l'anglais. La jeune femme l'avait a de nombreuses reprises assez agréablement surpris par sa culture et son parlé direct sur ses opinions. elle écoutait toujours deux versions de la même histoire avant de se faire sa propre opinion au vu de ce qu'elle pouvait ressortir des vues divergentes. Elle était intelligente; parfois trop pour son propre bien; mais cette facette de sa promise lui offrait un rafraichissement bienvenue après avoir passé un long moment à boire les inepties des femmes de la haute société qui ne se plaisaient qu'a cancaner et colporter toujours plus de ragots; chacun étant moins intéressants que celui le précédent.

Peu après lui avoir fait par de la raison de cette sortie, elle porta de nouveau son regard d'été vers lui, pour lui avouer qu'elle souhaitait que le marquis se détende en sa compagnie; qu'il prenne du bon temps; et lui sourit après cette déclaration. Les pupilles du noble anglais, en l'entendant et la voyant; se dilatèrent Sa compagne venait de faire part de son envie... Non pas une envie; comme d'habitude; de rester seule à maugréer dans son coin; les maudire de l'avoir arrachée à sa douce France natale pour la faire venir ici; mais son envie au contraire de se montrer en sa compagnie.
Ces changements de la marquise a son égard troublèrent au plus haut point l'Anglais; et il ne put faire autrement que montrer sa faiblesse a son égard; détournant le regard alors que son cœur battait la chamade dans sa poitrine; échappant de peu au rouge lui montant aux joues.

Il regarda dehors; histoire de calmer ses pulsions nouvelles pour lui; et tourna le regards vers la jeune femme; la sentant le fixer de son regard d'été. il fronça légèrement les sourcils en la voyant faire; mais elle s'excusa bien vite de sa rêverie. Il déduit qu'elle était plongée dans ses pensées à cet instant, et que ses pensées avaient un lien avec lui. Elle finit par se pencher et lui prendre la main.

Dieu que ses mains étaient douces et chaudes comparées aux siennes sèches et froides... Il lui semblait que son cœur allait exploser dans sa poitrine. En moins de quelques heures, la jeune femme avait fait plus de chemin pour l’accepter; le mettre à l'aise en sa présence qu'en 2 ans dans le domaine familial. cette fois il ne put l'empêcher, et se retrouva le rouge aux joues; mais laissa sa main au ceux de celle de la jeune française; plongeant son regard saphir dans l'émeraude de sa compagne; tachant de le faire doux pour elle; avant de le détourner; soupirant doucement de gêne de tant d'attention d'un coup.


" C'est a moi de vous remercier de m'avoir invité Juliette... "
Il gloussa doucement, un mélange de rancœur et d'humour" Vous n'y seriez pas allée seule je le sais très bien... Daphnée se serait fait une joie de vous accompagner au cas ou je n'aurais pu me libérer... "
avatar
Juliette Chevalier
 

Messages : 129
Réputation : 2372
Date d'inscription : 05/09/2013
Age : 27
Localisation : déracinée

Qui suis-je ?
Rang: Marquis(e)
Situation personnelle: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
MessageSujet: Re: Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah] Ven 17 Jan - 20:55
    D'un mouvement doux la jeune femme reposa sa main, mais ne put manquer de voir le visage de Jeremiah rougir, son regard froid devenir brillant, comme si un petite étincelle y brillait, et surtout le voir sourire. Cela surprit assez fortement Juliette que n'y était absolument pas attendu. Bien trop surprise qu'elle lui relâcha la main avant de baisser le regard pour ne plus subir le sien.
    Elle sourit tout de même à ses phrases avant d'émettre un rire fin et cristallin. Oui, pour chose sûre, elle ne serait jamais sortie ce soir seule. Et comme elle l'avait fait précédemment elle aurait demandé à Daphnée de venir.
    Juliette sortait toujours avec Daphnée, la servante était tout pour la marquise, autant une mère, qu'une soeur. Une amie qu'une confidente. Tout.

    La française releva ses yeux vert dans sa direction, elle s'humecta un peu les lèvres de la pointe de sa langue avant de lui dire sur un ton un peu désinvolte et avec sa franchise naturelle, à exposer ses idées.

    "_ Oui, et je suis sûre qu'elle aurait sauté de joie, de venir à votre place Jeremiah."

    Elle lui adressa même un sourire fier de ce petit pic qu'elle lui lançait, mais son regard trahissait la taquinerie qu'elle lui faisait.
    Il est vrai que la brunette faisait bon nombre d'effort ce soir, pour tenter de comprendre son promis. Elle ne ressentait rien pourtant pour lui, ou juste peut-être du respect, et un légère sympathie. Il faut dire que le grand homme à ses côté l'impressionnait bien souvent. Il savait remettre les gens dans le droit chemin avec une seule phrase. Mais cette dernière est à vous glacer le sang. Elle l'admirait pour sa façon de gérer les affaires. Oui, il n'avait pas que de mauvais côtés mais la jeune femme gardait ça pour elle.

    Ce soir, par contre, elle ne sentait pas la pression qu'exerce sa belle famille sur elle. Dans le domaine, elle se sent épiée, comme si tout ses faits et gestes étaient analysés. Elle supporte tout cela en silence, et seule sa façon d'être distante avec eux la fait tenir. Elle sait que le marquis, père, souffre beaucoup, que sa femme la presse à épouser Jeremiah pour qu'enfin cesse la souffrance du vieux marquis.
    Mais Juliette a peur, elle craint pour la suite, elle ne sait comment elle devra gérer tout cela. On lui a pourtant tant de fois répéter qu'elle devra porter la descendance des Glasgow, qu'elle devra être une bonne épouse, elle devra recevoir des personnes importantes en sa demeure, tenir sa maison propre en chargeant les domestiques de toutes les tâches. Elever de loin son enfant avec des nourrisses. Etre aux petits soins de son époux, ne rien dire lorsque e dernier découcherait.
    Tant de choses pour une femme comme elle. Elle qui aime faire des choses, comme vagabonder dans le jardin, cueillir des fleurs, filer discrètement en cuisine et donner un peu d'aide sans que sa belle famille ne le sache. Ce qui fait d'ailleurs bien rire les cuisinières, lorsqu'elles voient arriver Juliette et sa fraîcheur.

    Tout en revenant sur terre, loin de ses pensées, elle n'avait pas fait attention au trajet et c'était un peu rapprocher de l'homme des glaces, elle inspira. Décidément une fois que la pression familiale n'était plus, la marquise se détendait et s'ouvrait un peu plus à lui, elle allait même lui confier quelque chose.

    "_ Jeremiah, cela m'est difficile de vous le dire, mais je vais le faire..." Elle marqua une pause avant de reprendre, avec effort. "Sortir avec vous, en votre compagnie, me ravie, même si je ne sait comment le montrer... "

    Juliette marqua une autre pause, ne le regardant pas encore, de peur de voir son regard d'argent se poser sur elle, et lui fendre le coeur et le courage avec un pic de glace pointu. Elle jouait avec ses mains, légèrement nerveuse.

    "_ Mais soyez-en sûre, j'en suis contente. D'ailleurs..." Elle hésite à poursuivre et jette un rapide coup d'oeil à l'extérieur de la calèche, puis reprend. "D'ailleurs, un soir dans les jardins du palais du roi, j'ai entendu des jeunes femmes parlez de vous avec... Convoitise, et de moi avec dédain et répugnance; parce que je suis française. Elles m'ont jugé inapte à être à vos côtés, alors j'aimerais... Du moins je vais tenter, de faire ce dissiper ces racontars et vous consacrer du temps, mais hors du domaine... S'il vous plaît."

    L'ingénue leva son regard émeraude vers lui, l'observa, ses joues étaient rouge de malaise, elle aurait aimé en cet instant ne pas avoir à affronter ses yeux tranchants. Elle déglutit, hésitant à se risquait à l'interroger sur un sujet. Elle inspira encore une fois et se replaça une mèche de cheveux derrière l'oreille.

    "_ D'autre part, pourriez-vous me faire part, des choses que l'on dit sur notre formation... notre couple ? Je suis curieuse de savoir ce qu'en disent les gens de votre côté."

    Elle était sincère, elle voulait savoir, sa curiosité à ce sujet la titillant depuis déjà un bon moment. Elle regardait son fiancé, patientant, le trouvant beau avec son profil droit. Mais cela encore, Juliette ne lui dira pas.

_________________
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah]

Requiem pour floraison d'hiver. [PV. Jeremiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ▷REQUIEM POUR UN CON. (tristanisback)
» Requiem pour un cirque [Jake Walker & Rebekha Lawson]
» Requiem pour une terre meurtrie.
» [Quête] Requiem pour une autre vie (Terminée)
» [Fe] Requiem pour un Poulpe - Evénement #36

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
His Majesty :: Welcome to England :: Londres-